Travaux en commun du 1er avril 2017

IMG_1765IMG_1767IMG_1768IMG_1769IMG_1770IMG_1771IMG_1772IMG_1773IMG_1774IMG_1775IMG_1776IMG_1808

IMG_1806

Cette journée était consacrée à la réalisation d’une nouvelle zone de compostage.

Les deux silos en grillages inadaptés ont ainsi fait place à 4 espaces distincts permettant de réaliser le compostage en tas et de séparer le compost à différents stades de maturation.

Grâce à la présence de nombreux participants, les travaux sont allés bon train dès 9h30 samedi matin, et ont été terminés à 16h juste avant l’arrivée de la pluie.

Les bordures ont été creusées à la bêche puis délimitées au moyen de blocs de parpaings, les allées ont été recouvertes de feutre géotextile puis de copeaux de bois, les piquets pour la clôture ont été sciés et plantés à coup de masse et le nouveau grillage a été installé.

Le figuier reçu en cadeau a trouvé sa place à côté du nouvel espace. Il reste pour le moment dans son pot en attendant que le trou pour sa plantation en pleine terre soit creusé.

Pour que le projet ait les meilleures chances de fonctionner, une formation obligatoire au compostage sera organisée à la fin du mois afin que tous les jardiniers apprennent les bonnes pratiques qui nous permettront de réaliser un compost de qualité utilisable pour nos plantations, en valorisant ainsi les déchets verts produits au Potaluge.

Encore un grand merci à tous les participants : Gaël, Daniel, Patricia, Marie-Thérèse, Anne Catherine, Marco, Isabelle, Conchita, Anton, Catherine, Marie, Vincent, Mireille (et moi 😉) !

 

En attendant le printemps

L’hiver semble bientôt derrière nous et le printemps plein de promesses se profile à l’horizon, mais il faut encore patienter un peu avant de commencer vraiment à jardiner.

En attendant, voici quelques suggestions de lectures inspirantes pour préparer votre saison :

Pour planifier vos plantations, l’association « les Artichauts » publie son catalogue de plantons bios privilégiant les variétés anciennes et locales, disponibles à la vente aux serres de Belle-Idée du 20 avril au 10 juin 2017:

http://www.artichauts.ch/

Pour commander des semences issues de variétés maraîchères anciennes et locales :

https://semencesdepays.ch/

Le site de l’association « Genève cultive », une plateforme d’échange pour les acteurs qui s’investissent dans les jardins urbains et l’agriculture urbaine :

http://www.genevecultive.ch

Des blogs qui parlent de jardinage écologique :

http://potagerdurable.com

http://tousaupotager.fr

http://madorrepotagerbio.esy.es

http://www.un-jardin-bio.com

https://au-potager-bio.com/articles-blog/

Travaux communs du 19 novembre 2016

img_1430

12 personnes ont répondu présent pour cette matinée de travaux communs, qui s’est finalement déroulée sous un soleil timide mais bienvenu.

Ce qui a été fait :

  • des copeaux ont été répandus dans les chemins

img_1429

img_1428

img_1441

  • le coffre à outils a été nettoyé et rangé

img_1432

  • les déchets trouvés ont été éliminés

img_1427

  • le grillage de la barrière a été réparé
  • les bordures ont été nettoyées
  • les parcelles inoccupées ont été nettoyées et préparées pour l’hiver

Et le résultat fait plaisir à voir !

img_1440

img_1436

img_1433

Un grand merci à tous les participants !

img_1439

Célia, Nina, Gaëlle, Nadège, Marco, Marie-Thérèse, Conchita (manque Paul sur la photo), Caroline, Anne-Catherine, Corinne, Rebecca, Alexander, Vincent et Isabelle (derrière l’appareil photo)

img_1438

Protéger ses tomates du mildiou

mildiou

Le mildiou de la tomate est une maladie provoquée par un champignon qui fait pourrir tiges, feuilles et fruits des plants infectés. Très redouté au potager, il peut anéantir toute une plantation très rapidement.

Le mildiou des tomates  (Phytophthora infestans) apparaît le plus souvent en été, lors de périodes chaudes et humides.

Les spores de champignons qui ont hivernés dans le sol infectent les plants puis se propagent par contact ou grâce au vent.

Au début de la contamination des petites tâches brunes se forment sur les feuilles. Elles s’agrandissent puis les feuilles se dessèchent progressivement.

Au final puis c’est tout le plant de tomates qui est contaminé, parfois en quelques jours. La plante ne peut plus se nourrir, les fruits deviennent impropres à la consommation, le plant s’affaiblit puis meurt.

Quelques moyens de lutte contre le mildiou :

  1. Laisser suffisamment d’espace entre les plants pour que l’air puisse circuler
  2. Ne pas arroser le feuillage
  3. Supprimer les feuilles qui touchent le sol
  4. Dès l’apparition de la maladie, ôter les parties malades et les jeter (ne pas les mettre  au compost)
  5. Pulvériser au moins une fois par semaine (le soir par temps sec, sur et sous les feuilles, en évitant si possible les fleurs) une préparation anti-fongique naturelle au bicarbonate de soude (1 cuillère à café pour 1 litre d’eau et quelques gouttes de produit vaisselle ou une cuillère à café de savon noir). Ajouter éventuellement du purin de prêle (dilué à 5%). Les infusions à base de sauge et d’ail seraient également assez efficaces.
  6. Arracher et jeter les plants trop atteints

Le Potaluge en juin

Après un démarrage très lent dû à des conditions météo calamiteuses, les plantations du Potaluge semblent reprendre du poil de la bête avec le soleil qui daigne enfin se montrer un peu plus généreux et la remontée des températures. Si ces conditions se maintiennent, les premières récoltes ne devraient plus trop tarder…

 

Salades, pommes de terre et côtes de bettes

Fraises et courgettes

Côtes de bettes, petits pois, fenouil, lavande, thym, romarin, tournesol et tomates

Cardons, framboisiers et haricots grimpants

Sans oublier les fleurs : bourrache, capucines, roses, oeillets et soucis

Surprise dans le champ d’à côté…

De magnifiques et rares orchidées sauvages ont été trouvées dans la prairie à côté du potager ! Il pourrait bien s’agir de l’Ophrys abeille.

Ophrys abeille – Ophrys apifera
Du latin apis signifiant abeille du fait de sa ressemblance avec l’insecte. Son labelle (partie large de la fleur) est aussi comparé à un museau de vache. Cette espèce peut s’autoféconder : les sacs à pollen parviennent à entrer en contact avec le stigmate et permettent ainsi l’autofécondation.

Les Ophrys, du grec ophrus qui signifie sourcil, en lien avec la pilosité de leur labelle, ressemblent  étrangement à certains insectes tels que la mouche, l’abeille, le bourdon et l’araignée. Ces fleurs ne produisent pas de nectar. Elles dégagent des phéromones très proches de celles des femelles des insectes pollinisateurs pour attirer les mâles. Ils sont ainsi trompés lorsqu’ils tentent de s’accoupler avec les labelles d’ophrys. Mais leur travail de pollinisateur sera accompli lorsqu’ils iront se poser sur une autre orchidée, transportant avec eux un peu de leur pollen.  

Un peu d’histoire…

 

L’abeille est un symbole d’immortalité et de résurrection mais également de labeur et de fécondité ! L’abeille est un des rares insectes de l’ordre des hyménoptères respectés et appréciés… sauf pour les personnes allergiques à leurs piqûres et aux personnes qui n’aiment pas trop les bzzzzz!

Albert Einstein disait même que si les abeilles disparaissaient, la vie sur la planète s’éteindrait en 4 ans ! On les trouvait d’ailleurs en bonne place sur les armoiries de Napoléon 1er . Les Égyptiens utilisaient le miel pour embaumer les morts et l’offraient également aux dieux qui ont  longtemps utilisé le même hiéroglyphe pour l’abeille et le pharaon !